Quand une entreprise réalise des traitements de données importantes concernant des personnes ou des données sensibles, elle doit embaucher ou désigner un DPO (Data Protection Officer). Il est un successeur du CIL (Correspondant Informatique et Libertés). Quels sont alors les outils utilisés par ce professionnel ? La réponse dans cet article :

Une meilleure gestion des bases de données

Pour protéger les données, le DPO a à sa disposition de nombreux outils. Ces derniers lui permettront de mener à bien sa mission. Il peut opter pour la tokenisation, il s’agit d’un outil qui consiste à dissimuler une partie des données personnelles. Elles seront ensuite substituées par un jeton. Le DPO aura alors sous son contrôle les bases de données. Grâce aux outils, le DPO pourra facilement accomplir des procédés cryptographiques ou créer des clés étrangères. Parce que sa mission n’est pas aisée, il doit se munir de la solution PrivaCIL. Elle l’accompagnera pour la préparation de la mise en conformité au RGPD.

La protection des données par chiffrement

La protection peut également être faite par le biais du chiffrement des données. Ce système de protection figure parmi les plus sûrs mais il requiert une parfaite maîtrise des outils. Pour ce faire, le DPO peut solliciter le RSSI (responsable de la sécurité des systèmes d’information). Cela favorisera la protection sur le long terme. Certes, pour la plupart des entreprises, le chiffrement n’est pas une technique facile au départ, mais il garantit des résultats bien plus satisfaisants et fiables.

Adoption d’une meilleure politique : formation et information

Pour mettre en place la protection des données, le DPO peut collaborer avec le RSSI. Mais cette démarche doit provenir du DPO lui-même. Le mieux serait alors de commencer par établir une charte afin de déterminer les bonnes pratiques. Le professionnel veillera bien évidemment à ce qu’elle soit réalisée et appliquée par tous les acteurs. C’est un outil qui connait un succès pour des entreprises car il sensibilise et engage les employés en exposant la véritable importance de la protection des données. A part cela, le DPO peut miser sur la formation pour qu’une prise de conscience soit instaurée au sein de l’organisation. L’idéal est donc de choisir un organisme compétent pour optimiser les formations. Elles sont en effet destinées aux DPO et CIL. Cela leur aidera à augmenter leur compétence et à pouvoir respecter sans difficulté les droits liés à la loi Informatique et Libertés. Un meilleur établissement proposera une formation pour se préparer à la certification des DPO en France. A l’issue des formations, les entreprises auront des DPO et CIL hautement qualifiés.